Quatre ans déjà

 

Si les pleurs se sont estompés, le vide que leur départ a laissé est resté béant bien que 4 ans se sont déjà écoulés.

Aujourd’hui est un jour pour saluer la mémoire de plus de 230000 âmes, ces hommes, ces femmes, ces enfants, nos frères et sœurs, pères et mères, maris et femmes, fils et filles, cousins et cousines, grands-parents, voisins, amis et alliés qui ont péri dans cette catastrophe. Un jour pour rendre hommage également au courage de ce peuple qui malgré les contraintes et difficultés de toutes sorte ne baisse jamais les bras mais continue de transpirer pour s’en sortir et qui souvent arrive à peine à survivre.

C’est aussi l’occasion de féliciter les réalisations effectuées, aussi insuffisantes et incomplètes soient-elles. C’est l’opportunité de remercier tous ceux qui se sont dévoués, haïtiens et étrangers, pour faciliter ces améliorations.

C’est facile de trouver des centaines de raisons de critiquer ou de se plaindre mais est ce nécessaire de le faire ? N’est ce pas mieux d’être optimiste pour changer ? Et surtout parce que 3 ans à regarder en arrière devait être suffisant pour voir ce qu’on a raté dans cette reconstruction. Ce 4e anniversaire est le moment de nous tourner vers l’avenir, de cesser un instant de regarder les disfonctionnements du passé pour nous concentrer sur demain en optimisant aujourd’hui.

Depuis deux siècles nous sommes hypnotisés par notre passé et nous ne cessons pas de nous cogner dans les obstacles du futur parce que notre regard est éternellement tourné vers l’arrière. Nous nous gonflons d’orgueil d’avoir fait la révolution qui a conduit à 1804 et inspiré tant d’autres libérations mais nous refusons de nous asseoir une minute pour construire une démocratie.

On dit souvent que Haïti recule beaucoup plus facilement qu’il n’avance. N’est ce pas normal pour un peuple qui ne veut pas se détacher du passé ? Notre trajectoire ne saurait être déconnectée totalement de notre regard.

En ce 12 janvier 2014, laissez-moi vous inviter à la solidarité, la même solidarité qui nous a unis le soir du 12 janvier 2010 autour d’un repas, d’un abri de fortune, de la tristesse ou la peur. Regardons la vie et valorisons-la en adoptant une conduite respectueuse de la dignité humaine et de l’intégrité de la personne. Agissons aujourd’hui parce qu’en quelques secondes tout peut s’arrêter et demain s’échapper à jamais. 12 janvier 2014, un jour pour avancer, aimer et pardonner. Parce que le respect de la mémoire c’est aussi accepter de continuer, 12 janvier est un jour pour faire honneur à notre état de survivant.

Je ne sais pas qui tu as perdu dans cette loterie de la mort mais sentez-vous libre de remplacer les mots soulignés (valables pour moi) pour adapter cette poésie à votre cas mais retenez que « la grandeur n’a pas d’heure et l’amour n’a pas de jour » et donc le meilleur moment pour donner le meilleur de soi est maintenant.

Pou’w touche kè’m
Ou souke tè’m
Ou make chè’m
Pou granmè’m ou fè disparèt
Goudougoudou
Gou’w ret amè
Malgre tou map rete fè’m
Paske Lanmou pa gen jou
E grandè pa gen lè
Grandè ou grann ap toujou nan kè’m
(Marie A. Alliance / inédit/ 12 janvier 2013)

Comme le souligne le Nouvelliste dans son édition du 10 janvier 2014, « Léogâne debout 4 an plus tard », on peut petit à petit se relever de cette grande chute.

Du courage à nos 300000 amis et proches qui portent les cicatrices physiques de ce triste jour, à toutes ces familles qui ont dû recommencer de zéro et au pays qui mettra encore longtemps à effacer les stigmates de cette catastrophe.

A la mémoire de nos 230000 chers disparus.

Fersam Allifleur

Jou lendepandans

« Tout papye mwen ekri e pibliye sou sit sa an franse men jodia mwen deside pale kreyòl paske se lang manman’n, paske n pwal koze sou istwa’n, paske lenj sal lave an fanmi, paske kreyòl pale kreyòl konprann, paske kreyòl se lang ki soude tou ayisyen »

 

Pa gen okenn bon ayisyen ke l fèt Ayiti kou aletranje ki pa konn bon sant soup joumou premye janvye sa nou bay pote ti non jwèt « soup lendepandans » la. Pa gen dout nan sa, ke manman yon moun pa ta konn fè manje, lap jwenn yon bon ti soup nan men yon vwazen oubyen yon fanmi, yon zanmi e pou sa ki aletranje yo sitou yon ti soup nan yon bon restoran ayisyen ki respekte tèt li. Mezanmi kounya timoun pa ale swete larezone ankò, se sou « fès bouk » (facebook) yo fè granmoun ki pa wouye yo yon ti salitasyon nan de seri de mesaj jenerik ke yo afiche sou « mi » pwofil yo. Mesye tan ale tan pap tounen.

Pifò Ayisyen renmen soup joumou, sonje zafè swete larezone paske premye janvye se dat enpòtan pou nou. Se premye jou yon lòt ane, jou pou reflechi sou ki nouvèl oryantasyon nou ta dwe pran ak lavi nou. Se jou tou Desalin ak lot zanzèt nou yo, te deklare pèp sa a pap mache ajenou devan kolon blan ankò. Nou granmoun tèt nou.

Jounen jodi, lè premye janvye rive ki fèt nap fete ? Mwen toujou poze tèt mwen kesyon sa a e mwen si ke mwen pa sèl ayisyen ki konn mande tèt li kiyès nan 2 evènman jou sa a make e kisa nap selebre.

Jou anpil peyi nan mond la kanpe pou salye yon lòt lanne kap dekole,  yon lòt mak sou kòs pye bwa lavi. Oubyen jou zanzèt nou yo nan lanne 1804 te chita pou deklare ti bout tè sa a lib e endepandan e li pa sou lobedyans kolon franse. Eske se dat nesans yon nasyon an, yon kokenn chenn pilye nan chato idantite’n nap fete? Mwen pa si non ke se fèt lendepandans lan ki prime, pou’m pa di li neglije. Korije’m sim manti.

Poutan gen syosyològ ki panse si anpil ayisyen santi yo plis « tout lòt nasyon ke ayisyen » se paske konfizyon egziste nan tèt anpil nan nou sou kisa premye janvye reprezante pou nou.

Fòk nou rekonèt jou premye janvye anpil ayisyen nou rankontre plis anvi di’n « Bonn ane » olye yo di’n « Bonn fèt lenpedans ». Se pou sa mwen anvi pwopoze yon bagay ki riske choke kèk moun men ki parèt enteresan nan jem pou ede rezoud pwoblèm sa a.

Kòm premye janvye anpil peyi nan mond la (nou menm tou) gentan konfiske’l pou selebre premye jou ane kalandriye « Gregorien » an. Kisa nou panse si nou ta fè yon « référendum » pou chanje e adopte yon lòt jou  kòm « fèt nasyonal » ?

Pa mande’m ki dat li ta ka ye. Nou gen 18 Me ki se jou fèt drapo a ki, chak ane, pèdi yon ti kras nan sa li te konn ye. Nou gen 7 fevriye ki se yon jou enpòtan pou tout ayisyen paske se jou nou te delivre anba diktati san manman ki bwase bil peyi a pandan preske trant lane. Nou gen 29 mas ki se yon dat istorik paske jou sa a nou te deside dote tèt nou de yon konstitisyon ki bay tèt li pou misyon pwoteje dwa ak libète tout ayisyen nan garanti bon jan demokrasi nan peyi a, e gen anpil lòt jou ankò nan almanak la.

Mwen panse gen yon dimansyon sikolojik ki pèdi nan fete premye janvye paske li enpòtan pou yon pèp kanpe yon jou pou sonje ke li se yon nasyon li dwe leve doubout tankou yon nasyon.  Si l gen pou tonbe li dwe sonje tonbe an tan ke yon nasyon e lè li gen pou’l leve se tankou yon nasyon li dwe leve. M pa panse nou dwe bliye premye janvye paske se jou zansèt nou ye te chita pou deklare pèp sa a pa vle e deside pa aksepte gen mèt ankò paske li se yon « nasyon », paske ti bout tè sa a dezòmè pote non « Repiblik Dayiti ». Men nou pa ka kite rezolisyon nouvèlan detounen lespri nou de rezolisyon nasyon ke nou dwe pran chak ane.

Menm jan chak endividi itilize anivèsè yo pou sonje yap granmoun, yo pa ka kontinye viv menm jan chak ane, pouki nou pa ka adopte yon jou kote nou pa al okipe nan swete larezone men na va konsantre sou pwojè nou genyen pou ti bout tè sa a, menm peyi anpil moun te tonbe pou’l ka gen valè e anpil moun kontinye tonbe pou’l ka ofri pitit li lavi diyite ke yo bezwen.

Se paske’m met chapo ba devan jou lendepans peyi sa a, ke’m ta renmen wè nou tout respekte’l e make jounen lendepans la kòm sa dwa. M swete ke tout moun ki vekse oubyen twouve pwopozisyon mwen an deplase va sonje swete chak ayisyen parèy yo ke yo rankontre « Bòn fèt lendepans » paske premye janvye se jou tou pou’n sonje « Premye Janvye 1804 nou te pran Rezolisyon pou’n vinn yon nasyon, yon peyi lib e libè ki granmoun tèt li ». Premye janvye yon jou ki pou raple’n ke travay sa a poko abouti.

Bòn ane 2014 e sitou Bòn fèt lenpedans pou tout ayisyen san distenksyon !

 

                                                                                                                                                                                                                                                   Fersam Allifleur

Un espoir bafoué

16 décembre 1990 – 16 Décembre 2013

 

Malgré les risques de dérapage, la menace d’individus sanguinaire, ils furent nombreux à se mobiliser, ce 16 décembre 1990, pour exprimer leur voix, pensant que la voie des urnes les emmènera loin de la démagogie politique du moment et posera les bases de la démocratie qui a si longtemps manqué à Haïti sur tant de décennies.

J’étais trop jeune pour prendre position encore moins pour voter, mais assez grande pour ressentir le doux parfum de l’espoir, la confiance d’un peuple qui croit « dur comme acier » que la démocratie renaitra de ces cendres, que la page des années dictatoriales allait enfin se tourner. Un peuple qui croyait qu’il allait être écouté, être soigné de ces blessures passées et être bien traité pour pouvoir avancer.

Sèz desanm nou deside al vote …Pou bagay yo ka chanje

Près d’un quart de siècle plus tard (23 ans aujourd’hui), les visages ont vieillis mais les gabegies politiques n’ont pas pris une ride. Ce rêve de changement a été volé et cet espoir de construire enfin un avenir où nous et nos enfants pourrions jouir d’un lendemain meilleur a été piétiné.

A tous ceux qui ont trempés leur pouce dans l’encre foncé pour écrire cette étape symbolique de notre histoire, à tous ceux qui ont nourris des aspirations profondes avant et au lendemain du 16 décembre 1990 j’ai envie de dire de ne pas baisser les bras. Nous ne pouvons pas nous laisser abattre par la déception ni nous laisser entraver par l’inaction.

16 Décembre 2013, 23 ans d’attente et parce qu’on a grandit, c’est un jour pour se remémorer que nous avions un rêve pour ce pays et qu’il nous faut agir pour le concrétiser. 16 décembre, un jour pour nous réengager dans la construction de notre devenir. Les jours passent et les générations aussi, combien de temps nous faudra-t-il encore pour honorer enfin la mémoire de nos pères ?

M pa lave nan dlo sal
M pa vann pa inite
Mop mwen pa pran lòd
Kay mwen pa penn an ròz
Sa vle di m pa nan politik
Se yon kout rèl patriyotik
Se pa imajinasyon’m
Se imaj yon nasyon

Jodia 16 desanm, yon jou pou nou sonje ke gen yon rèv nasyon ki pou reyalize !

 

Fersam Allifleur

Trop c’est trop

Un petit tour d’horizon sur l’actualité haïtienne récente, en Haïti et à l’étranger, donne vite froid dans le dos. D’un coté Dessalines rencontre Pétion le 18 novembre comme si on ne faisait pas assez de mal à l’histoire en insultant tous les jours notre devise qui est l’union fait la force, il a fallu le jour de Vertières pour montrer que la désunion est notre nouveau credo dans un affrontement entre manifestations rivales.

Et que se passe-t-il entre temps ?

Nos frères subissent la discrimination et l’humiliation dans la république voisine. Des milliers de Dominicains d’origine haïtienne deviennent apatrides titrait le quotidien le Monde.fr dans son édition du 2 octobre suite à l’annonce de la cour constitutionnelle de Saint Domingue en date du 26 Septembre 2013 privant de leur droit des milliers de dominicains d’origine haïtienne. Des milliers de photos circulent sur les réseaux sociaux sur des incidents sanglants qui ont eu lieu dans certaines localités dominicaines visant et entraînant la mort d’haïtiens.

Le mardi 26 novembre dernier le Parisien.fr évoquait le naufrage d’une pirogue surchargée de migrants haïtiens au large de l’archipel des Bahamas. Bilan : 30 morts et 110 rescapés. Dernièrement des jeunes pleuraient sur les reseaux sociaux la disparition d’amis sur des embarcations similaires.

Et que faisons-nous entre temps ?

Rien ! Oh, j’ai failli oublier. Nous préparons notre manifestation du 29 novembre pour casser encore quelques vitres, détruire deux ou trois infrastructures et j’en passe. A l’instar des nombreuses manifestations qu’a connu le pays récemment.

 

A quelle fin ?

Chasser la vie chère et la misère. Assurer une vie digne à nos enfants. Amorcer le changement etc. Autant d’objectifs nobles qu’il convient d’encourager. Mais franchement, questionnons maintenant la méthodologie un instant.

Nous disons souvent que Dessalines a dit « koupe tèt boule kay ». Pourtant nous nous refusons de contextualiser les choses. Nos pères s’attaquèrent à un ennemi étranger, barbare et cruel qui pillait nos ressources, violait nos mères, maltraitait nos fils.

Aujourd’hui nous combattons des idéologies et des pratiques au sein de la nation, du coup la méthodologie doit changer. Sinon nous risquons fort de nous entre-tuer. Combien de temps encore nous faudra-t-il pour comprendre que le progrès se construit la main dans la main et non dans l’affrontement permanent ni les conflits inutiles. Comment pourrons-nous faire face à l’humiliation des autres pays si nous nous détruisons chez nous et nous nous humilions nous même par nos démagogie.  La parodie du Nouvelliste sur la « stratégie artisanale »[1] que nous utilisons pour attirer les touristes fait rire, mais démontre également la détresse de la situation. L’heure est grave et ça ne peux plus continuer ainsi. Ce n’est plus acceptable.

 

Que faire ?

Il nous faut agir. Trop c’est trop. Nous ne sommes pas obligés d’êtres d’accord sur tout mais dès lors que nous sommes conscients que nous sommes déjà allés trop loin dans nos déchirements internes nous pouvons trouver une solution. Nous nous devons de trouver cette solution. Aussi bien que les amis et les étrangers ne défendront pas mieux que nous les intérêts de notre famille, les pays dits amis et les néo colonialistes ne résoudront pas mieux que nous, Haïtiens, les problèmes d’Haïti.

Franchement l’usine sucrière de Darbonne travaille de moins en moins chaque année par manque de production de cannes à sacre, nos enfants haïtiens sont exploités et tués dans des plantations  de canne dominicaine.

Et en ce qui concerne les troubles politiques, sans faire de parti pris, on ne peut pas se permettre ces éternels recommencements. « Twòp tolalito, leader ak opozisyon menm ideyoloji, manje pa kite rès ». Ne comprenez-vous pas que la population n’en peut plus de ces mesquineries et ses bassesses.

Certes, il faut du temps pour réparer les décennies de démagogies, d’aberration et d’aveuglement politique. C’est pourquoi dirigeants et opposants doivent travailler ensemble pour faire respecter la dignité du peuple auprès de la communauté internationale en générale et la République Dominicaine voisine en particulier.

 

Quand ?

Maintenant. Le temps d’une vraie réconciliation nationale est venu. Tous ceux qui dans ces heures graves tiennent ou continuent de tenir un discours appelant à la division ne sont pas patriotes et sont indignes de prétendre représenter le peuple. Nous sommes UNE nation, nous devons prendre conscience que notre réussite en tant que peuple passe par l’unité et la fraternité. Nous devrions nous inspirer des passages d’unité du « discours de victoire[2] » du président Obama.

Nous avons touchée le fond. Il est temps que nous arrêtons ces conflits fratricides et  destructeurs pour construire cet espoir que tous les groupuscules revendiquent, contribuer à la réalisation de ce rêve commun de voir ce pays progresser un jour.

Pour la mémoire de nos pères qui se sont battus, sacrifiés pour nous laisser en héritage une république libre, un pays délivré de la dictature. Nous sommes UNE NATION, rêvons en peuple et construisons ensemble la réussite de ce pays afin que chacun puisse y trouver sa part.

Fersam Allifleur

 



[1] On dit aux investisseurs étrangers vient investir en Haïti mais entre haïtiens nous nous battons comme pas possible

[2] “ …the belief that while each of us will pursue our own individual dreams, we are American family and we rise or fall together as one nation and as one people….”, “…The role of citizens in our Democracy does not end with your vote. America’s never been about what can be done for us. It’s about what can be done by us together through the hard and frustrating, but necessary work of self-government… “…I believe we can seize this future together because we are not as divided as our politics suggests. We are greater than the sum of our individual ambitions…”

Honneur à un Lauréat

Max Grégory Saint-Fleur : 1er prix Kalbas Lo Lakarayib avec « Woulman Vag »

En lisant cet éditorial que je consacre à la victoire de Max Grégory Saint-Fleur au concours de poésie créole Kalbas Lò Lakarayib le 6 Novembre dernier en Martinique grâce à son texte intitulé « Woulman Vag », vous penserez sûrement que je suis très en retard ou très lente à réagir. Et pourtant, ce décalage était nécessaire pour laisser au poète le temps de relativiser les différentes vagues d’émotions qu’il a du ressentir ces derniers jours. Dans un entretien qu’il a bien voulu nous accorder, il revient sur les sentiments et expressions qui ont jalonné ses journées de l’annonce de la nouvelle à la dure réalité de son absence à la cérémonie de remise des prix.

A la question de nous décrire ses ressentis comme s’il essayait d’expliquer tout ça à un enfant, il a répondu « J’ai montré l’écran de mon ordinateur aux collègues parce que je n’avais plus de salive » avant de se reprendre « Avant j’ai sauté aux cous des collègues, ils ne comprenaient rien. Alors face à leur surprise devant ma brusque réaction je leur ai montré l’écran de mon ordinateur parce que je n’avais plus de voix. »  Il ne décrit pas sa surprise ici mais sa joie d’être primé dans un concours international, après de nombreux prix dans des concours locaux ou nationaux. Il n’était pas surpris parce qu’il est conscient de son talent et parce qu’il est assez humble pour continuer à travailler et à apprendre comme s’il était au tout début de son art. « Après la parution de Tan Lapli l’an dernier, Woulman Vag a suivi dans la même veine, avec l’eau comme thème central. Je me disais que je dois proposer un texte qui peut toucher. J’ai travaillé avec soin mes jeux de mots, les images, les figures de styles, aucun aspect du point de vue technique n’a été négligé. » Et son abnégation a payé.

Pourtant la surprise n’allait pas tarder à pointer le bout de son nez quand l’invitation à venir recevoir son prix en Martinique allait se heurter à la barrière de l’ambassade de France à Port-au-Prince. En dépit des démarches entreprises par le comité organiseur du concours auprès de la préfecture de Martinique rien n’est fait, les 3 nominés et primés haïtiens ont été les grands absents de la cérémonie. Ironie du sort les premiers vers du texte font référence à un rêve déchiré.

Chak woulman vag
S on dènye mizik woule m debò
Pawòl charabya k ap chare m
Nan yon rèv chichadò tou chire

Les autorités haïtiennes eux, n’ont pas levé le petit doigt pour soutenir la réussite de ces jeunes. Peut-être qu’ils avaient mieux à faire, peut-être qu’ils ne savent quoi faire, ou n’ont voulu rien faire, va savoir ?

Max, lui, n’était pas au bout de ses surprises parce que le jour où il a eu la confirmation de ne pas obtenir son visa pour se rendre en Martinique, il a aussi reçu la confirmation qu’il était le meilleur de la cuvée de 2013, pour la 4e édition de Kalbas Lo Lakarayib. Malgré la tristesse de l’absence à cet événement, il ne se décourage pas. Quand on parle de perspective, il est humble mais lucide « Je me vois en face d’un chemin encore plus long et plus difficile à parcourir. Percer l’espace littéraire n’est pas chose facile mais j’ai la détermination comme boussole. Je suis et je reste convaincu que l’avenir me sourira »

D’abord remercions Max d’avoir porté la poésie haïtienne sur la plus haute marche du podium de l’Atrium de Fort-de-France. Il a su agencer les mots pour aller chercher la victoire, et comme s’il l’avait deviné.

Nan yon enfini alevini serenad
Melodi van […]
M trese pa ak pawòl
M trese nas ak plim cheve m
Pou woulman vag
Bwote w pote ban mwen

Je ne saurais terminer sans attirer l’attention de nos dirigeants qui sont sensés supporter la culture et appuyer ces jeunes talents sur le mauvais signal qu’ils sont en train d’envoyer à la jeunesse. Quatre (4) édition de Kalbas Lò Lakarayib et sur les 24 prix distribués 7 haïtiens dont deux Kalbas Lo n°1 (2006 et 2013).

2006           Le prix «KALBAS LÒ n°1» à Madame Jeanie BOGART JOURDAIN
2008           Le prix «KALBAS LÒ n°2» à Monsieur Frantz Benjamim
2011           Le prix «KALBAS LÒ n°2» à Monsieur Carlyle Courtois
2011           Prix coup de cœur à Monsieur Roody Bartélémy
2013           Le prix «KALBAS LÒ n°1» à Monsieur Max Grégory Saint-Fleur
2013           Le prix «KALBAS LÒ n°3» à Monsieur Anderson Dorvilas
2013           Prix coup de cœur à Monsieur Claude Saint-Charles

Pour cette année 2013, 3 primés : 3 absents. Comment est ce possible que des jeunes talentueux subissent ces traitements?

Je veux refermer ce numéro sur une note positive à l’instar du positionnement de Max quand il parle de l’avenir « Je continue de travailler sur des textes en créole mais aussi en français. »

 Pour ton talent, ta générosité, ton humilité et ta lucidité, merci Max. Merci de donner espoir à la jeunesse, merci de symboliser l’exemple à suivre. Du succès pour l’avenir, pour la vie de la poésie en Haïti. Pou Kalbas Lò n°1 sa a ou pote lakay, m swete ke dlo enspirasyon, dlo ou renmen ekri a glise’w, mennen’w sou chimen siksè.

                                                                                                                                                                                                                                           Fersam Allifleur

Vertières

18 Novembre 1803 un jour mémorable pour tous les haïtiens

18 Novembre 1803– 18 Novembre 2013, 210 ans déjà mais on ne peut pas oublier ce jour mémorable ou une poignée de nègres artisanalement armés allait montrer la vraie signification des mots détermination et courage aux hommes de Rochambeau, général de l’expédition spéciale envoyée par le Grand Napoléon Bonaparte.

La persévérance de François Capois dit Capois la mort aux commandes de la demie brigade lourdement décimée lors des 4 assauts lancés pour prendre le fort de Vertières est, et doit être, un exemple de conduite pour tout haïtien qui se respecte.

Cette bataille qui marqua le tournant dans cette guerre d’indépendance vis à vis d’une tyrannie qui avait trop duré est une référence de notre capacité à VAINCRE si nous nous donnons les moyens, si nous nous mettons ENSEMBLE. Comme dit notre devise et parce que  « L’union fait la force ». Un petit groupe de nègres déterminés réussit à mettre en déroute une expédition de l’une des plus grandes armées de l’époque, une démonstration fascinante de la supériorité du cœur sur les moyens.

La bataille de Vertières c’est avant tout l’aboutissement un rêve partagé, un espoir nourri et un objectif commun, se débarrasser de ces barbares qui nous asservissaient. L’union contractée entre les noirs et les mulâtres a été décisive pour sceller cette victoire. Pas étonnant que des néo colonialistes se tuent à nous faire croire que deux haïtiens ne peuvent jamais faire route ensemble. Et c’est encore plus triste qu’on ait fini par adhérer à cette ineptie, et que la désunion soit notre arme d’autodestruction massive.  Quel dommage !

Notre devise est aujourd’hui encore « L’union fait la force ». Demandons-nous à quel moment on est devenu faible ? Pourquoi on l’est aujourd’hui encore? Notre faiblesse a pris naissance le jour où nous avons décidé de rêver séparément plutôt que d’avoir une vision de nation, et tous les jours où nous nous évertuons à promouvoir l’individualisme nous nous vidons de cette force qui nous a caractérisés sur la colline de Vertières non loin du Cap-Haïtien.

Vaillant enfants de Dahomey,  haïtiens, rassemblez vous ! Retrouvez la force qui vous caractérisait jadis. Relevez la tête avec fierté parce qu’une grande nation ne meure jamais. Granmoun yo di « nou se rozo, se pliye nou pliye nou pap kase ».Il est temps de prouver votre courage. Rassemblez-vous et luttez contre toutes les formes d’oppression qui vous asservissent comme vous avez lutté contre l’esclavage qui vous écrasait. Montrez que ce qui s’est passé sur les collines de Vertières, ce 18 Novembre 1803, n’était pas un hasard.

Fersam Allifleur

Historique de la démarche aboutissant à la création de l’UniveL (Université de Léogâne)

L’idée de créer une institution d’enseignement supérieur à Léogâne a commencé par germer depuis l’année 2004 quant, suite aux troubles politiques, plusieurs jeunes étudiants ont dû abandonner leurs études par peur d’être victimes de l’insécurité qui sévissait à Port-au-Prince la capitale et lieu de concentration des différents centres universitaires du pays. Il faut dire que cette situation vient alimenter les réflexions déjà en cours par rapport à la problématique de la non existence de centres universitaires dans la commune de Léogâne.

En effet, les études des jeunes léoganais devraient s’arrêter au Bac II si les parents ne trouvaient pas les moyens pour les faire rentrer à Port-au-Prince. Il faut aussi mentionner les cas d’étudiants léoganais contraints d’abandonner leurs études à Port-au-Prince sous le poids des frais de transport quotidien avec la fatigue épuisante des longues heures de trafic en autobus sur la route de Carrefour qui va avec. Dans cette situation, ceux-là qui parviennent à boucler leurs études sont ceux qui ont pu trouver un logement à Port-au-Prince ou tout simplement des héros qui, malgré vents et marées, se décident à se frayer une voie là-même où cela paraît impossible. Fort de cela, les fondateurs de l’Université de Léogâne (UniveL) regroupés d’abord au sein de l’Organisation Léogânaise pour le Développement Durable (OLD) ont démarré en 2004 avec les réflexions visant à installer cette institution. Cependant, les conditions intellectuelles et économiques n’étaient pas encore réunies pour leur permettre de concrétiser leurs rêves. Ils ont dû ajourner leurs ambitions. Cependant, il n’en demeure pas moins vrai pour autant de leur attachement à cette noble idée.

Aux lendemains du tremblement de terre de 2010 ayant ravagé la commune de Léogâne, les réflexions sur la reconstruction de la commune donnaient lieux à des débats de diverses natures. A ce moment, l’idée de la création d’une institution d’enseignement supérieur dans la cité Anacaona a refait surface. A cette fin, les promoteurs de cette initiative pour cette fois réunis au sein de « l’Initiative des Fermiers Organisés pour le Développement Durable (IFOSUD), ont décidé de créer et de fait ont créé le 08 Août 2011 l’Université de Léogâne (UniveL) qui comprenait pour sa première année d’existence une seule faculté en l’occurrence la Faculté d’Agronomie et de Développement Local dénommée Institut Supérieur de Technologies Agricoles et de Développement Local (ISTADEL). Deux ans après sa création, constatant un besoin réel et une demande accrue pour d’autres disciplines dont les sciences infirmières et les Sciences Economiques et Administratives, le conseil de direction de l’UniveL a jugé bon de créer deux autres facultés : la Faculté des Sciences Infirmières baptisée sous le nom de « Institut des Sciences Infirmières de Léogâne » (INSIL) et la Faculté des Sciences Economiques et Administratives. Telle est l’historique de cette université basée à Léogâne depuis le mois d’Août 2011 et regroupant en son sein 3 facultés : la Faculté des Sciences Infirmières dénommée Institut des Sciences Infirmières de Léogâne (INSIL), la Faculté d’Agronomie et de Développement Local dénommée Institut Supérieur de Technologies Agricoles et de Développement Local (ISTADEL) et la Faculté des Sciences Economiques et de Gestion (FSEG).

Maxene Desir

Enoncé du discours du recteur de l’UniveL lors de la cérémonie de présentation de l’Université au grand public

Me Jean Danton Léger, Honorable député de la circonscription de Léogâne

Monsieur le maire de la commune de Léogâne

Monsieur Josué César, vice-recteur aux affaires académiques de l’UniveL

Monsieur le vice-doyen à la Recherche de la Faculté des Sciences Economiques et Administratives de l’UniQ, le docteur Bénédique PAUL,

Messieurs et dames les représentants du secteur privé des communes de Léogâne, Gressier, Grand-Goâve et Petit-Goâve

Messieurs et dames les professionnels de la région des Palmes

Messieurs les Pasteurs de la commune de Léogâne

Messieurs les représentants des Organisations communautaires de Base de la Région des Palmes

Mesdames messieurs les représentants de la presse Léogânaise

Mesdames et messieurs du corps estudiantin de l’UniveL

Messieurs les membres du corps professoral de l’UniveL

Distingués membres du Conseil de direction de l’UniveL

Messieurs et dames les convives à cette cérémonie

Vous tous ici présents,

En prenant la parole aujourd’hui à titre de recteur de l’UniveL, je me fais porte parole de toute une génération qui croit que Léogâne et la région des Palmes doit se projeter vers de nouveaux horizons laissant de côté   la voie de l’archaïsme, de la facilité à outrance, de la paresse intellectuelle et de la passivité pour entrer définitivement  dans celle de l’innovation, de la pensée positive et agissante, de l’engagement citoyen  débouchant sur la modernité quête de toute société qui se respecte. Non, Léogâne et la Région des palmes ne doivent plus être considérées comme le terrain privilégié de la guerre contre la connaissance mais plutôt celui ou naîtront les idées nouvelles pour le changement d’Haïti.

Qu’il me soit permis de citer pour des raisons bien spéciales les noms de deux personnalités m’ayant personnellement marqué dans l’histoire de l’université en Haïti. Il s’agit du père Joseph Philippe Bonhomme et du diplomate Myrtho Bonhomme de regretté de mémoire.

La première personnalité, Joseph Philippe Bonhomme a eu l’audace de lancer la première Université de la Région des Palmes en 2004 dans les hauteurs de Fondwa 10e section communale de Léogâne. La 2e, le diplomate Myrtho Bonhomme en mémoire duquel je demande à l’assistance de se lever pour observer une minute de silence ………………………

Le diplomate  Myrtho du haut de ses juste 34 ans créa l’Académie Nationale, Diplomatique et Consulaire l’ANDC, une institution de référence dans le monde universitaire haïtien surtout en ce qui a trait à la diplomatie. Ces personnages nous ont marqué car ils font partie de ces gens qui d’une part ont compris que l’Université n’est pas l’affaire des Grandes villes, de la Capitale mais aussi celle des Provinces et des régions et qui d’autre part ont prouvé que l’Université en dépit du fait qu’elle exige de l’expérience n’est pas réservée exclusivement à la gérontocratie mais peut aussi être l’initiative des jeunes. L’UniveL s’inscrit dans la logique de ces 2 hommes. Une jeune génération de Léoganais qui croit qu’il est possible de créer une université en plein cœur de la Région des Palmes à Léogâne.

L’idée de créer une institution d’enseignement supérieur à Léogâne a commencé par germer depuis l’année 2004 quant, suite aux troubles politiques, plusieurs jeunes étudiants ont dû abandonner leurs études par peur d’être victimes de l’insécurité qui sévissait à Port-au-Prince la capitale et lieu de concentration des différents centres universitaires du pays. Cette situation venait alimenter les réflexions déjà en cours par rapport à la problématique de la non existence de centres universitaires dans la commune de Léogâne. En effet, les études des jeunes léoganais devraient s’arrêter au Bac II si les parents ne trouvaient pas les moyens pour les faire rentrer à Port-au-Prince. Il faut aussi mentionner les cas d’étudiants léoganais contraints d’abandonner leurs études à Port-au-Prince sous le poids des frais de transport quotidien avec la fatigue épuisante des longues heures de trafic en autobus sur la route de Carrefour qui va avec. Dans cette situation, ceux-là qui parviennent à boucler leurs études sont ceux qui ont pu trouver un logement à Port-au-Prince ou tout simplement des héros qui, malgré vents et marées, se décident à se frayer une voie là-même où cela paraît impossible.  Fort de cela, les fondateurs de l’Université de Léogâne (UniveL) regroupés d’abord au sein de l’Organisation Léogânaise pour le Développement Durable (OLD) ont démarré en 2004 avec les réflexions visant à installer cette institution. Cependant, les conditions intellectuelles et économiques n’étaient pas encore réunies pour leur permettre de concrétiser leurs rêves. Ils ont dû ajourner leurs ambitions. Cependant, il n’en demeure pas moins vrai pour autant de leur attachement à cette noble idée. Aux lendemains du tremblement de terre de 2010 ayant ravagé la commune de Léogâne, les réflexions sur la reconstruction de la commune donnaient lieux à des débats de diverses natures. A ce moment, l’idée de la création d’une institution d’enseignement supérieur dans la cité Anacaona a refait surface. A cette fin, les promoteurs de cette initiative pour cette fois réunis au sein de « l’Initiative des Fermiers Organisés pour le Développement Durable (IFOSUD), ont décidé de créer et de fait ont créé le 08 Août 2011 l’Université de Léogâne (UniveL) qui comprenait pour sa première année d’existence une seule faculté en l’occurrence la Faculté d’Agronomie et de Développement Local dénommée Institut Supérieur de Technologies Agricoles et de Développement Local (ISTADEL). Deux ans après sa création, constatant un besoin réel et une demande accrue pour d’autres disciplines dont les sciences infirmières et les Sciences Economiques et Administratives, le conseil de direction de l’UniveL  a jugé bon de créer deux autres facultés : la Faculté des Sciences Infirmières baptisée sous le nom de « Institut des Sciences Infirmières de Léogâne » (INSIL) et la Faculté des Sciences Economiques et Administratives. Telle est l’historique de cette université basée à Léogâne depuis le mois d’Août 2011 et regroupant en son sein 3 facultés : la Faculté des Sciences Infirmières  dénommée  Institut des Sciences Infirmières de Léogâne  (INSIL), la Faculté d’Agronomie et de Développement Local dénommée Institut Supérieur de Technologies Agricoles et de Développement Local (ISTADEL) et la Faculté des Sciences Economiques et de Gestion (FSEG). 

En créant cette structure universitaire, nous voulons instaurer au niveau de la région des Palmes une institution de référence dans la formation supérieure, la recherche-action et le développement local durable, qui agira particulièrement dans les domaines de  l’agriculture, l’économie, la gestion et les sciences médicales. Ainsi, nous répondrons à notre noble mission d’Accompagner la population de Léogâne,  de la Région des Palmes et d’Haïti en participant dans la formation supérieure des jeunes, la recherche et la proposition de solutions aux problèmes rencontrés dans tous les secteurs touchant au développement notamment l’agriculture, l’économie, la gestion et les sciences médicales.

De manière plus précise , les objectifs poursuivis par UNIVEL sont les suivants:

1.-La formation supérieure des jeunes en agronomie, sciences infirmières, économie et gestion

2.– La recherche action dans la perspective d’exploration de champs non encore explorés et d’expliquer les phénomènes scientifiques inhérents à la réalité haïtienne

3.-La production d’idées et l’application des résultats des recherches dans les domaines ciblés par l’UNIVEL.

La cérémonie de cet après-midi est pour nous l’occasion de vous présenter ce projet ambitieux déjà en exécution. La route est longue et difficile, nous y arriverons quand même car nous avons la détermination et nous sommes suffisamment équipés pour poursuivre le chemin. Nous y arriverons car en dépit de tout, nous pouvons compter sur la confiance d’une bonne partie de cette population qui ne demande qu’à trouver une université de référence dans leur communauté. Nous y arriverons parce que vous tous ici présents, vous allez continuer à nous assister tout le long de l’existence de cette université. Nous y arriverons parce que le grand Dieu nous accompagnera tous les jours.

Comme dit le Crédo de l’UniveL « Le sacrifice de quelques-uns pour le bien-être de la collectivité », nous lançons un vibrant appel à vous tous afin de nous rejoindre dans le but de travailler ensemble pour le bien-être de la collectivité.

Mettons-nous donc ensemble pour aider notre communauté à avoir des lendemains meilleurs.

Je vous en remercie!!!

Maxene Desir

Baby’s Lourdes: la mariée, la folle…

Coup d’essai, coup de maître diraient ceux qui l’ont vu jouer l’année dernière la mariée folle dans cette représentation théâtrale. Cette année encore, dans le cadre de la deuxième édition de festikreyòl,  la prestation de Baby’s Lourdes SAINT FLEUR et ses autres complices pour la plupart membres du club de débat de Darbonne, a fait couler beaucoup d’encre. Au beau milieu de la ville de Léogâne, ce lundi 28 octobre 2013, elle a crée la panique. Passants, marchands, motocyclistes, curieux, tous l’ont suivi depuis le devant de l’église Sainte Rose de Lima en passant par le marché de Chatuley jusqu’à la rue la croix.

L’histoire est émouvante. Baby doit se marier avec Johny (Alfred) qui ne met pas les pieds à l’église. Et le déclic. Avec sa robe de mariée, les pieds nus, et folle de rage, elle décide de parcourir les rues de la ville à la recherche de celui qu’elle veut épouser à tout pris. Elle est poursuivie par tout son cortège, porteur d’anneau, marraine, parrain et filles d’honneur.

Les passants/ acteurs sans le savoir, ne veulent pas croire que c’est du théâtre.  M tap manje nèg sa, m pa tap kite yon jenn gason pase pitit mwen nan betiz profère l’un d’entr’eux. Se fanm yogann ou ye , mete senti nan ren w pitit ajoute une marchande qui laisse sa barque tout en l’embrassant dans ses bras comme pour la consoler. Et pourtant d’autres  l’injurient : Se bon pou ou, nou fout twò renmen maryaj.

Baby’s Lourdes joue avec art. Sa transe, l’expression de son visage prouve qu’elle a du talent. Elle joue la mariée folle, folle dans toute sa manière, folle d’être la risée de la société. Folle de perdre son amant parti retrouvé une autre fille. Un rôle qu’elle a su interpréter avec dextérité.

Agée de 20 ans, Babys Lourdes est la dernière d’une famille de sept enfants. Elle est étudiante en comptabilité et fait partie du club de débat de Darbonne, projet piloté par la Focal. Elle est très dynamique. Elle assure parfois en cas d’absence des animateurs, le rôle d’animatrice lors des rencontres hebdomadaires.

Toute petite, elle connaissait déjà la scène. Issue de la section des enfants du centre socio culturelle Rasin Lespwa, elle déclamait des petits textes de poésie, et jouait la petite sentaniz lors des spectacles réalisées  pour célébrer de la journée internationale des droits de l’enfant. Elle a aussi pris part à l’atelier organisé par le projet initiatives jeunes en 2011 autour du thème : Le débat se fait théâtre

Max Grégory SAINT FLEUR

FOOT et Nous: le bonheur !

Quand une personne est énervée, elle a tendance à dire «foot et moi » la paix ! Quand des filles jouent bien au foot et aiment ça dans une ville où les distractions sont rares, elles ont envie de crier « Foot et nous : le bonheur ». Un oasis au milieu de cette ville construite à même le sable du désert Mauritanien.

Nouakchott, mercredi soir 19h, un mini terrain synthétique portant le nom de « planète foot », un groupe de filles dont le nombre varie au gré des volontés, un ou 2 ballons, quelques chasubles, 500 Ouguiyas par joueuse pour l’utilisation des infrastructures et enfin une très forte dose d’envie de jouer.

J’ai découvert le mouvement au hasard d’une fête de départ au restaurant Bégué d’où l’initiative à pris naissance en 2010. L’ambiance y est sympathique. Je me rappelle encore mon premier jour en juillet dernier, en pleine période de Ramadan[1], prises dans l’élan certaines filles ont joués en Melhfa[2], moi j’ai joué avec le jean’s que je portais et pieds nus. En rentrant chez moi ce soir là, j’avais mal au pied mais j’ai su que j’allais revenir et c’est ce que je fis. Et cette impression d’avoir tout d’un coup trouver le bonheur est partagé par plus d’uns.

Il y a une semaine tout juste, j’ai été élue capitaine du groupe. A la question « pourquoi moi » on m’a dit que je joue bien et je fais plein de belles passes, une sorte de clin d’œil à ma vision du jeu, à mon abnégation à promouvoir le collectif.

C’est l’occasion pour moi de remercier l’équipe pour sa confiance, sa bonne humeur et son engagement bien que j’ai du mal à accepter ce poste. Pas parce que je ne suis pas honorée, au contraire je suis très heureuse. Mais parce que je nous considère toutes comme Co-capitaine.

Au delà de cette marque de confiance, ce qui m’a le plus touché c’est l’humilité de « celle » qui mérite ce rôle plus qu’amplement qui, non seulement, s’est courbée à la volonté du groupe mais surtout s’est levée pour saluer cette reconnaissance. Par ce geste elle donne une preuve supplémentaire de sa grandeur d’âme et montre la profondeur de sa passion pour ce projet.

J’utiliserai, exceptionnellement, la tribune de mon éditorial, pour saluer le travail de cette femme charismatique qui a su faire vivre cette initiative de foot féminin à Nouakchott depuis plus de 3 ans.

Son dévouement, tous les mercredis, à motiver, récupérer, ramener des footeuses pour rendre le jeu agréable pour tous. Son calme dans les moments de tension pour dégonfler des situations qui auraient pu devenir conflictuelles, sa bonne humeur, sa joie de vivre et sa générosité, autant de valeurs partagées le reste de l’équipe. Et ce mixe agréable se reflète dans son jeu et dans les « after foot[3] ».

Pour toute l’énergie que tu dépenses pour faire du foot la distraction incontournable de Nouakchott pour toutes celles qui ont la chance d’y goûter, merci Lalla. Ton application à gérer ce groupe est un exemple pour moi et pour beaucoup d’autres qui se répercute même de nos missions.

Récemment City Mag disait « l’équipe a changé plusieurs fois de visages au gré des arrivées et départs des expatriés notamment ». J’ai envie de saluer ton habileté à recomposer à chaque fois ce groupe pour faire de ce rendez-vous un complément parfait des missions des uns et des autres. Par la confiance qui m’a été accordée et le pouvoir que me confère le rôle de Capitaine, je te déclare leader incontesté et incontestable du groupe.

« Foot et nous », et à tous ceux qui feront un raccourci par planète foot, encore beaucoup de bonheur en continuant à gérer ce mouvement comme tu le fais. A toutes celles qui font vivre le jeu tous les mercredis, « Foot et nous » le bonheur et du plaisir de jouer encore et encore !

 

Mèsi anpil! Merci beaucoup! Thank you very much! Muchas Gracias! Grazie mille!

Choukrane!

 

Fersam Allifleur



[1] Le mois de jeune dans la religion musulmane

[2] Tenue traditionnelle qui consiste en un voile enroulé autour corps et couvrant la tète

[3] Repas commun chez un membre de l’équipe ou au restaurant