Tropik 53 rekòt kafe

Jedi 11 dawout 7 è nan maten, m te deja nan ayeropòMiami pou ale dwat dirèk Okap Ayisyen pou’m al fete 53eme anivèsè Tropicana dayiti yon dyaz ke’m pote sou kè mwen. Vol la te rive Okap san reta, men nou te pase prèske de 2 zèd tan anvan nou jwenn malèt nou, yon gwo pwoblèmke ayeropò Okap la genyen, e ki merite yon solisyon prese prese.
Lè nou te resi soti, Jimmy Papouloutte ( batteur Tropicana ) te déjà pase anpil tan ap tann nou. Nou te presse paske Tropik tap jwe jou swa sa a nan Marchand Dessalines. 3h30 m te déjà nan bis la ak mizisyen yo , direksyion Marchand Dessalines. Vye wout, men bon jan anbyans anndan bis la , se te yon gwo plezi pou’m nan mitan tout gwo mizisyen sa yo kap pale de mizik , m pa bezwen di nou, m te nan bol grès mwen. Se la m konfime ke mizisyen Tropik yo se de vrè pwofesyonel . Mèsi ak Doyyy, Johnny, Met Babout ak Alex ki tap komante kèk mizik lòt dyazz, nan Bis la gen yon album Ska-shah kap woule, e devan Parisien e kap danse, souke men li.Li te 8h45 konsa lè Dyaz la rive an Marchand Desalines. Yo ti poz, pran yon ti manje.
A 10h15 mayestwo Blan lage ak Randevou Chanpèt, dife limen, ou ta di pa gen fatig telman dyaz la ap byen jwe. M tap mande koman mizisyen yo fè apre yon long wout epi pou pefomans yo san parey. Anpil moun te fè deplasman an , bèl bal , anpil animasyion . Apre minwi, nou te gen chans bay bal sa a live sou facebook bagay anpil fanatik te renmen. Men zafè entenèt ayiti se tèt chaje. Vè 3h05 bal fini. Nou repran wout pou nou tounen Okap. Nan bis la 90 pou 100 mizisyen ap domi. Pou-m repete Alex( Lekso ) injenyè son dyaz la« Objektif la kounye a pa lot bagay ke konsè 13 Dawout la ».. Li te 7 è 15 konsa lè nou rive Okap . Se te tan pou tout moun al repoze. Kom mwen te dwe al nan yon antèman papa yo zanmi mwen ki tap fet Yogann nan samdi 13 m te kite Okap vè 3 zè pm direksyon Yogann. Nan samdi apre anteman si la a m te tounen Okap paske m pat vle rate pou pyès moun Konsè 13 dawout la, yon bagay mwen pa viv depi 1996. Li te 8è diswa le-m rive nan Okap. Aayayayyayayayayay m pat pèdi yo yota nan konsè sa a, devan Sakrekè ranpli tankou ze. Trè ta nan aprèmidi Dyaz la te resevwa lèt yon mizisyen ki remèt demisyon, malgre kontretan sa a, sa pat deranje ni Dyazz la, ni piblik la, ni pèfomans Fize a. Bravo Tropik ! Gwo dyazz , rete gwo dyaz
14 Out randevou a sete nan Wanament. Li te 8 è lè mwen te rive nan Wanament ak kèk zanmi , fwa sa aa m pat ak dyazz la. Bèl wout pou rive Wanament, men wout la danje e mande pou pran anpil prekosyion paske san ou pa atann gen bèf kap travèse lari a. Ayibobo pou lapolis nasyonal nan zòn sa ki fè yon bèl travay , nou rankontre de patwouy lapolis ki kanpe nou byen sajman pou mande nou pou nou pridan paske gen bèf sou wout la. Bon travay, Good job guys.
Desideman, Wanament se peyi Tropik vre ! Depi nan rantre vil Wanament ou gentan santi fèt la, anpil moun, anpil animasyon. A 10h17 bal frape, , sou premye mizik la moun anvayi pis la, moun danse, moun kontan . Anmweyy anmwey viv Tropik ! M te gen chans tou kwaze ak yon gwo nèg nan fèt saa, yon gwo Fanatik Tropik ki se Smoye Noisy. Lendi 15 Dawou fèt Notredam, fèt Tropik la . A 5 è nan apremidi fanmi Tropik la te asiste yon mès nan Katedral Okap la. Fanmi an tal remèsye Bondye pou sa li fè pou Tropik pandan 53 zan e sal la kap kontinye fè pou lot ane kap vini yo.
Seriz sou gato a se te Gala anivèsè a ki te fèt nan aswè nan Tropicana Night-club. Night club la te klere klere, te dore pou fèt la . Mizisyen nou yo te tire ak kat epeng, fanatik yo te sou pik yo, tout moun te chèlbè. Sete yo manman gala, Tropik te depoze ak tout bèl hit li yo anvan yo pase mayòt la bay Bossa Combo pou fen sware sila a. M tap bliye di nan sware sila , Parisien Fils-Aimé te resevwa yon plak pou 50 an depi lap chante nan Tropik la .
Definitivman Tropik san rival. Avèk dènye album lan ki gen plizye hit la ladann tankou : « Bravo Tropik », « It’s so sweeet », « Bagay yo red », « Istwa damou », epi yon nou nouvo videyo pou mizik « Ayiti bel » la ke anpil moun deja konsidere kòm videyo ane a, Tropik demontre ke li se dyaz peyi a ki pi pèfoman e ki pi dous. Diaz kote tout moun jwen nan. Diaz ki ka fè zonbi nan bwa danse a. Bal Tropik yo toujou plen ak moun, pa mande’m pou ki ? Ou konnen deja, Diaz la dous.Nan yon peyi kote tout valè yo preske finn pèdi, eske li pa ta bon pou nou ta pran ekzanp sou Tropicana, pran Tropik la kòm Modèl.
53e anivèsè an fini , je nou deja brake sou 54e nan. M deja paka tann. Mèsi Tropik, si ou pat egziste ayisyen parey mwen yo ta fou lè move lavi ap maspinen yo, lè pwoblèm vle fini ak nou. Mèsi Okap, mèsi Ayiti, mèsi fanatik Tropik pou tout bèl souvni sa yo. Bravo Tropik, m swete nou plis lonjevite toujou ! .
GT

La réalité poignante d’une scène de théâtre de rue

Dimanche 30 Août dans les rues de Pétion-Ville s’est passée une scène causasse qui est devenue rapidement virale sur les réseaux sociaux. C’est l’occasion de saluer la troupe BIT Haïti pour ce spectacle qui a fait remonter des souvenirs datant de 2012 où l’association Rasin Lespwa dans le cadre d’un festival avait entrainé la population de Darbonne dans un après-midi délirant avec un concept similaire. Mon papier ne souhaite pas insister sur la réussite de la prestation tant les gens se sont faits avoir (passants, lecteurs, medias, spectateurs ; relayeurs internet et les commentateurs pour ne citer que ces groupes la) mais je vais plutôt m’attarder sur les résultats de cette simple scène d’un point de vue sociologique. En regardant le comportement des « acteurs involontaires » sur les artistes du spectacle, on se rend bien compte qu’il n’y avait aucune compassion au contraire, les commentaires étaient empreints de mépris, de contentement et d’irrespect. Au-delà de l’image minable que ces comportements exhibaient aux yeux du monde, les propos et le comportement de ces gens nous ramènent à d’autres réalités plus interessantes. • Le meurtre de la vie privée sur l’hôtel des medias de masse On peut comprendre que le droit d’observation est aussi immuable que celui de l’existence. Mais ce droit n’exclut pas la liberté de l’autre à mener son existence, ni son droit d’image d’ailleurs. Sur plusieurs réseaux sociaux certains ont déploré les captures d’images vidéo et photos à l’aide des téléphones portables et la diffusion de ces dernières sur internet. On peut également, et à juste titre, condamner les nombreux propos insultants qui ont été proférés à l’égard de la « mariée délaissée » et ses amis. Il fut un temps où la liberté de l’autre commençait là ou finissait le nôtre, et cette frontière réciproque garantissait un tant soit peu de respect. Aujourd’hui, la notion de vie privée a été sacrifiée, torpillée par une communication de masse mal maitrisée, jetée aux mains « d’ignorants » (précisons bien ignorants et donc pas forcement analphabète en insistant sur la nuance). On peut écrire une encyclopédie complète sur les dérives de la technologie de masse en Haïti (on reviendra surement sur ce sujet dans un autre papier). On retiendra le décalage entre les progrès de la société et les progrès du monde. Quand le droit, l’éducation, la responsabilité, les droits de propriété intellectuelle et matériels sont archaïques, ajouter la communication de masse crée un mélange explosif. Et si les catalyseurs que sont les medias (sites d’information, radio et télé) qui sont sensés réguler ce dosage mortel ne remplit pas son rôle; alors c’est la catastrophe. Ce qui me ramène à la seconde découverte de ce fait divers. • La violation de principes éthiques du journalisme à des fins de sensation La déclaration internationale de la Fédération Internationale des Journalistes (FIJ) adoptée en 1954 et amendée en 1986 est claire sur les questions de vérité (articles 1), fiabilité des informations c’est-à-dire connaitre sa source (article 3), la rectification des informations erronées (articles 5) et condamne le plagiat et la calomnie qu’elle qualifie de faute professionnelles grave (articles 8). On dit qu’Haïti est un singulier pays ! C’est peut-être pour ça que certains de ces principes sont fréquemment bafoués. A voir ce qui est a été écrit et diffusé sur ce théâtre de rue, on réalise bien vite qu’il n’y a pas eu de vérification de l’information. Donc, la recherche de la vérité a été négligée pour ne pas dire oubliée. Au nom du sensationnel, on n’a pas hésité à balancer vidéo et photos sans prendre le temps de comprendre, d’essayer de contacter les concernés et en savoir plus, leur donner la possibilité de rétablir la vérité les concernant, et dans ce cas précis leur vérité. La troupe a communiqué sur l’évènement, on est en plein Carifesta où le pays est en train de montrer ses talents culturels aux pays de la Caraïbes, on aurait trouvé la vérité si on avait ne serait-ce une once de bonne volonté à la révéler. Mais on demandera qui se soucient de la vérité dans ce pays où son excellence lui-même traite son ministre de la communication (par ailleurs porte-parole du gouvernement) de menteur « professionnel » et « patenté ». En tout cas, pas cette frange de la population si bien représentée par ce groupe de badauds piégés dans leur curiosité et qui allaient finalement délivrer un spectacle accablant, nonchalant et si attristant, là encore révélateur d’un mal plus puissant. • L’échec de l’autre comme indicateur de réussite personnelle La plus triste des images de ce théâtre de rue n’est pas venue de la femme délaissée mais provient du plaisir qu’on éprouvé les passants dans le malheur de cette pauvre fille abandonnée sur le parvis de l’église. Comment est-on arrivé là ? Pourquoi rire du malheur de l’autre ? Où est passé notre compassion de frère ; de sœur ; de chrétien ; de croyants ou tout simplement de collègues « galériens » ? Quand une société n’a presque plus d’idéal, quand les rêves meurent dans le sommeil, quand le progrès de soi devient une utopie, quand on vit une vie d’inertie voire de recul constant, la seule façon de rester devant c’est si l’autre recule plus vite, l’unique moyen de réussir est à travers l’échec de l’autre. C’est mathématique et logique mais aussi triste à mourir. A l’image de plusieurs institutions du pays et de nombreux concitoyens, la valeur ne se mesure plus a son utilité intrinsèque mais en fonction de la médiocrité des autres. Combien de fois on entend « w’ap pale de mwen, entèl fè pi mal », histoire de relativiser. Triste réalité d’un pays en proie a un vrai malaise social. On peut donc conclure qu’au-delà de son succès, la scène du 30 Août a mis en évidence des réalités poignantes d’une société en constante décadence depuis trop longtemps. Il est plus que nécessaire de faire une évaluation de nos problèmes afin d’engager les changements de fond qui s’imposent, remodeler ou tout simplement redéfinir notre projet de société pour se donner la chance de pouvoir amorcer un jour le développement de ce pays. Marie A. Alliance Marie Alliance est économiste du développement, analyste de projets de développement internationale, en poste en Afrique de l’ouest. Citoyenne militante, elle a accompagné et continue d’accompagner plusieurs organisations communautaires haïtiennes à mieux se structurer tout en travaillant au développement un réseau de jeunes professionnels citoyens au service du développement du pays. Pour tout commentaire, question, critique ou suggestion sur cet article, écrivez à : ma.alliance13@gmail.com

Au cœur de l’épidémie « candidatite » en Haïti

A en croire les médias haïtiens, et les témoignages de plusieurs sources concordantes, après le « choléra », le « chikungunya », et « l’insécurité endémique », le pays tout entier est secoué par une nouvelle épidémie surnommée par certains « candidatite[1] » et par d’autres « la folie du pouvoir ».

Les experts des réseaux sociaux divergent sur les causes exactes de la maladie encore moins sur ses effets secondaires. Les avis ne sont pas non plus concordants sur la date exacte de son apparition ni sur la meilleure façon de contenir l’épidémie.

Pour les apprentis sociologues, il se pourrait que ce pic épidémique soit le résultat d’une trop longue attente de joutes électorales qui a laissé monter tellement d’ardeur que cela à fini par créer des effets dominos. « Il veut être candidat, il ne sait pas lire, ne maitrise pas les langues du pays ou pire encore n’a jamais réussi à gérer une entité quelconque au delà de sa propre personne et son égo » Alors pourquoi pas moi, j’ai passé le bac haut la main au point d’être immédiatement recruté par « Choméco », le plus grand employeur du pays, qui n’a pas su attendre que j’aille à la fac, trop compliqué vu qu’il faut rater au moins 12 fois le concours avant d’espérer une place et qu’il faudra ensuite attendre des années avant que les enseignants fassent cours quand ils ne sont pas occupé à faire grève ou mieux encore à tenir un meeting électorale dans les environs du Bel Air. Bref, depuis mon premier jour à « Choméco » j’aspire à mon heure de gloire parce que si là-bas on m’offre beaucoup de flexibilité à utiliser mon temps, carnaval, rara, fête champêtre et j’en passe, financièrement ce n’est pas la rose. Du coup monter mon petit parti me parait judicieux. Avec un peu de chance je deviendrai élu. Et comme je connais déjà le système D (pour débrouillardise) je pourrais sans aucun doute m’en sortir.

Les anthropologues en herbe quant à eux pensent que cette épidémie est un mal beaucoup plus profond. Ils soulignent le fait que ce pays a toujours été marqué par des élections remplis de candidats. En effet, à chaque élection la population doit faire un effort surhumain pour réussir à être plus nombreux que les aspirants. Cette période est juste un peu différente de par le caractère exceptionnel de la situation. Il faut rappeler que les enfants de 9 ans n’ont jamais connu d’élections municipales tout comme les cohortes qui avaient 17 ans au moment des élections de 2005 (26 ans aujourd’hui) n’ont jamais pu voter dans une élection municipale. Ce n’est pas forcément un mal à part le fait qu’accorder six d’extension sur des contrats de quatre ans est un peu beaucoup voir déplacé quand on connait les résultats du travails de beaucoup de ces élus chronique (persistant). Bref, ce manque d’exercice a généré des envies. Quitte à rester coincés dans une inertie identique à celle que nous connaissons actuellement autant l’être au timon des affaires plutôt que sur la touche.

Les adeptes de balivernes ont pour leur part expliqué que c’est la malédiction de 1986 qui continue « cette fameuse cigarette allumée dans les deux bouts qu’il faut fumer ». Il faut croire qu’Haïti défie toutes les lois de la nature parce qu’une cigarette doublement allumée devait  priori bruler deux fois plus vite. Non ?

Dans tous les cas, on n’est pas sortie du mystère pendant que 166 partis politiques regroupés en 126 numéros (pour l’heure aucune explication convaincante n’a émané du CEP à part dire que 40 partis ou entités politique ont fait alliance avec d’autres) sont en lice pour les élections prévus pour le 9 Aout prochain et pour lequel le budget n’est pas encore connu avec précision encore moins bouclé.

D’ici là prière à la population non atteinte par cette vague épidémiologique de « candidatite » plus connu sous le nom de « la folie de pouvoir », de préparer soigneusement sa tisane, son verre d’eau et un peu de « mayezi » parce que surprise il y en aura ; « saisissement », et déception aussi. En attendant surveiller vos différents moyens de communication, en cas l’un de vos amis souhaiter partager la grande nouvelle. Ce serait dommage de passer à coté de l’annonce du moment «  Au fait je suis candidat ! ».

Fersam Allifleur

Observatrice

Avril 2015

[1]

Tropik nan Saint-Raphael, gwo koze.

M pa nèg ki soti fasil, fwa sa a m pat ka pa la paske m pat ka rate okazyon sa a. Konbinezon an te twò byen fèt. Pase yon wikenn nan Cap-Haitien sete yon gwo koze. M te pare’m pou’m danse Tropik nan Saint-Raphael. M te panse fèt la tap bèl men mwen pat konnnen si’m tap fè eksperyans sa a ak Djazz la.

4 trè boul m te gentan rive nan Tropicana Night Club. Se lè sa a yo te bay mizisyen ki nan zòn nan pou yo rive . 30 minit apre nou te derape e bis djazz la te pase pran chak grenn mizisyen devan lakay yo e yo te deja ap tann. 5h45 tout moun la e nou nan wout.

Anndan bis la gen you anbyans rèd , Jimmy Papouloute, Calou yon bò ap bay blag, Boss Boubout ap kreye animasyion dèyè a . Wouyy! m nan bòl grès mwen . Apre Milot, nou pral koumanse pran sekous  paske wout la pa bon menm e lap konsa jiskaske nou rive Saint-Raphael. M te kontan wè peyizan nou yo sou wout la, sa kap fè bèt tankou kabrit bef manje. Le nap pase Dondon m te wè anpil pye bwa , ou santi se yon kote ki fè fre anpil.

Vè 7h45 yo konsa djazzz la rive nan vil Saint-Raphael, wi manman ou santi fèt la pral bèl ak kantite moun nou wè depi antre vil la jiska devan lokal kote djazz la pral jwe a. Enstriman djazz la te gentan enstale , m pa ka di se yon bèl Night club men podium nan ka kenbe djazz la . Ou ta di se yon teren vid paske pa gen chèz, pa gen tab, men li byen bare.

10h20 Mayestwo TiBlan bay siyal ak Saks li e Djazz la lage. Soti nan Nwè-l numewo 1 , pase pran Angelik, Deside w, Les gens Du Nord, Veye priye, Pou ki sa, Vye pwochen, ect e pou bal la fini ak Kenbe Diyite w, nou ka di moun Saint Raphael jwenn pou jis pri lòn magazen. Djazz la frape ak tout pisans li e tout moun byen danse. Tropicana montre tout bon vre pa gen chanpèt kelkeswa kote a san li. Malgre ke se te yon eksepsyon paske vakans djazz la pot ko fini.

Lavi mizisyen sitou an Ayiti pa bagay ki fasil. Malgre ke Tropicana gen yon bis ki trè konfòtab e ki ka rive tout kote, nan eta wout nou yo ye a mete plis fatig lakay mizisyen nou yo. Map raple tout moun ke Tropicana se djazz ki jwe tout kote nan kelkeswa kwen an Ayiti depi machinn ka rive. bal Sen Rafayèl la sete 120e bal yo pou ane a.

Panse a yon mizisyen ki fè 5 nwit you’n dèyè lot ap jwe bal, kouri machinn nan yon ekip wout ki chaje ak twou, riske lavi yo pou yo pote plezi bay de milye de moun e ki toujou rive a lè. Fatig devan dèyè. Tonè krisboulout mwen , mizisyen Tropicana se yo ki Ewo ke yo ye.

Tropicana d’Haiti nan Saint-Raphael samdi 25 Oktòb sete yon gwo bal, yon bèl bal. M pa ka tan pou’m redanse djazz la anko, djazz pa’m.

GT

Souple …Pa mande m kont !

Nan mont mwen li sonnen deja 6 zè nan aprèmidi dimanch 12 oktòb 2014 sa. Kèk nyaj wondonmon pran pouse do solèy la, pou fè plas pou yon ti lapli yenyen. Men sa pa anpeche Lakou ka Monayis wete chapo byen ba pou salye moun ki soti tribòbabò pou patisipe nan dezyèm edisyon dimanch krik krak. Aktivite sa se youn pami  yon latriye lòt kap fèt nan okazyon Festi kreyòl, yon inisyativ Rasin Lespwa ak Kreyolab depi deja twa lane.

Anba gwo pye mango lakou a, yon ti van tou frèt tap karese fèy yo. Moun ki pat jwenn plas, te kouri pran refij yo sou tèt yon gwo pil wòch ki tou pre a. Yo pat vle pedi anyen nan evènman sa.  Eske lakou a ap domi. Se ak pawòl reveye nanm sa Jefte Thélisma animatè bibliyotèk la ta pral lanse gwo aktivite sa. Non lakou a pap domi. Se konsa, nan yon bèl anbyans, timoun, jennjan kou granmoun te rankontre pou rakonte listwa dyabbaka, listwa pastè kap chèche dechèpiye fidèl, listwa adelina bèl pase lalin,  listwa misye wa ki lanse pinga ak moun ki jwenn non twa pitit fi l yo, listwa malis ki yon lòt fwa, fè jwèt mètdam sou bouki pou volè bèl chodyè madanm li an, elatriye.

Jaklin komanse gen cheve blanch. Men li raple l : Nan lakou isit se te yon yon tadisyon lè m te jenn ti gengenn. Nanpwen dimanch aprèmidi timoun pat konn vin chita anba pye mango sa pou tire kont epi tande bèl listwa granmoun. Jouk jounen jodi m pa janm bliye sa, m konn pè kou sourit lè nou fin tande kont dyab sèt kòn nan lè m pral dòmi. “Sete tou labèlepòk kote ti jennjan ap vin kase bèl ti mo gangans nan zorèy nou apre yon lago kache nan moman plennlin.”

Jasmin gen 12 zan konsa, men sa pa anpeche l kwoke chòt tout la sosyete ki te rasanble nan lakou ka Monayis. Pèsonn pat ka reponn: M fèt sou tè m pè tè? Se ak de pla men yo te aplodi l lè yo aprann repons la se BATO.

Maryaj mizik/chan tradisyonel, blag ak tire kont sa rive kreye yon lòt fwa ankò anvi pou n rekonekte ak dantan nou. Chak moun ki tap kite lakou a, te gen nan bouch yo yon fraz oubyen yon pwovèb yo te aprann. Pyès nan yo pap bliye listwa moun fou ki t ap goumen ak yon kaka nen. Soti m manje w. Apre yon ti moman lizay pataj te jenjanm ak bobori, san bri san kont mwen pran wout tounen lakay mwen.

Max Grégory SAINT FLEUR

Justice Sociale de Bob Rousseau

Finalement : Un Livre Qui Propose des Solutions Pratiques Pour Résoudre les Problèmes d’Haïti

 

Dans son nouveau livre titré “Justice Sociale: Stratégies Pratiques pour l’Emancipation Individuelle et l’Autonomie Communale, Dr. Bobb Q Rousseau expose les vrais problèmes d’Haïti et propose des solutions pertinentes liées à la situation réelle de l’Haïtien et de sa commune.

 

Léogâne, Haïti – 20 Mars 2014: Justice Sociale: Stratégies Pratiques pour l’Emancipation Individuelle et L’Autonomie Communale est le premier livre haïtien qui à la fois expose les vrais problèmes d’Haïti et propose des antidotes viables qui réduiront l’écart économique entre les classes sociales et retireront les familles et les communes haitiennes dans cette dépendance gouvernementale leur empêchant d’échapper à leurs conditions courantes.

Justice Sociale: Stratégies Pratiques pour l’Emancipation Individuelle et L’Autonomie Communale propose d’être un guide  fonctionnel pour le gouvernement dans sa mission de constituer une nation haïtienne socialement juste, économiquement libre et politiquement indépendante, les Organisations Non-Gouvernementales exhibant les aides humanitaires et la Communauté Internationale dans leur souci de promouvoir le bien-être de la population. Il sera aussi un ouvrage de références pour la société civile et les étudiants en Sociologie, en Communication Communautaire et en Droit Administratif.

Justice Sociale: Stratégies Pratiques pour l’Emancipation Individuelle et L’Autonomie Communale de Dr. Bobb Q Rousseau sera la bible des politiciens qui sont sérieux pour devenir le chouchou des électeurs.

Pour plus d’informations concernant la publication, contactez les Editions Ruptures sur editionsruptures@gmail.com. Pour des arrangements de ventes de signatures, contactez Lou Delice sur loudelice@gmail.com.

Honneur à un Lauréat

Max Grégory Saint-Fleur : 1er prix Kalbas Lo Lakarayib avec « Woulman Vag »

En lisant cet éditorial que je consacre à la victoire de Max Grégory Saint-Fleur au concours de poésie créole Kalbas Lò Lakarayib le 6 Novembre dernier en Martinique grâce à son texte intitulé « Woulman Vag », vous penserez sûrement que je suis très en retard ou très lente à réagir. Et pourtant, ce décalage était nécessaire pour laisser au poète le temps de relativiser les différentes vagues d’émotions qu’il a du ressentir ces derniers jours. Dans un entretien qu’il a bien voulu nous accorder, il revient sur les sentiments et expressions qui ont jalonné ses journées de l’annonce de la nouvelle à la dure réalité de son absence à la cérémonie de remise des prix.

A la question de nous décrire ses ressentis comme s’il essayait d’expliquer tout ça à un enfant, il a répondu « J’ai montré l’écran de mon ordinateur aux collègues parce que je n’avais plus de salive » avant de se reprendre « Avant j’ai sauté aux cous des collègues, ils ne comprenaient rien. Alors face à leur surprise devant ma brusque réaction je leur ai montré l’écran de mon ordinateur parce que je n’avais plus de voix. »  Il ne décrit pas sa surprise ici mais sa joie d’être primé dans un concours international, après de nombreux prix dans des concours locaux ou nationaux. Il n’était pas surpris parce qu’il est conscient de son talent et parce qu’il est assez humble pour continuer à travailler et à apprendre comme s’il était au tout début de son art. « Après la parution de Tan Lapli l’an dernier, Woulman Vag a suivi dans la même veine, avec l’eau comme thème central. Je me disais que je dois proposer un texte qui peut toucher. J’ai travaillé avec soin mes jeux de mots, les images, les figures de styles, aucun aspect du point de vue technique n’a été négligé. » Et son abnégation a payé.

Pourtant la surprise n’allait pas tarder à pointer le bout de son nez quand l’invitation à venir recevoir son prix en Martinique allait se heurter à la barrière de l’ambassade de France à Port-au-Prince. En dépit des démarches entreprises par le comité organiseur du concours auprès de la préfecture de Martinique rien n’est fait, les 3 nominés et primés haïtiens ont été les grands absents de la cérémonie. Ironie du sort les premiers vers du texte font référence à un rêve déchiré.

Chak woulman vag
S on dènye mizik woule m debò
Pawòl charabya k ap chare m
Nan yon rèv chichadò tou chire

Les autorités haïtiennes eux, n’ont pas levé le petit doigt pour soutenir la réussite de ces jeunes. Peut-être qu’ils avaient mieux à faire, peut-être qu’ils ne savent quoi faire, ou n’ont voulu rien faire, va savoir ?

Max, lui, n’était pas au bout de ses surprises parce que le jour où il a eu la confirmation de ne pas obtenir son visa pour se rendre en Martinique, il a aussi reçu la confirmation qu’il était le meilleur de la cuvée de 2013, pour la 4e édition de Kalbas Lo Lakarayib. Malgré la tristesse de l’absence à cet événement, il ne se décourage pas. Quand on parle de perspective, il est humble mais lucide « Je me vois en face d’un chemin encore plus long et plus difficile à parcourir. Percer l’espace littéraire n’est pas chose facile mais j’ai la détermination comme boussole. Je suis et je reste convaincu que l’avenir me sourira »

D’abord remercions Max d’avoir porté la poésie haïtienne sur la plus haute marche du podium de l’Atrium de Fort-de-France. Il a su agencer les mots pour aller chercher la victoire, et comme s’il l’avait deviné.

Nan yon enfini alevini serenad
Melodi van […]
M trese pa ak pawòl
M trese nas ak plim cheve m
Pou woulman vag
Bwote w pote ban mwen

Je ne saurais terminer sans attirer l’attention de nos dirigeants qui sont sensés supporter la culture et appuyer ces jeunes talents sur le mauvais signal qu’ils sont en train d’envoyer à la jeunesse. Quatre (4) édition de Kalbas Lò Lakarayib et sur les 24 prix distribués 7 haïtiens dont deux Kalbas Lo n°1 (2006 et 2013).

2006           Le prix «KALBAS LÒ n°1» à Madame Jeanie BOGART JOURDAIN
2008           Le prix «KALBAS LÒ n°2» à Monsieur Frantz Benjamim
2011           Le prix «KALBAS LÒ n°2» à Monsieur Carlyle Courtois
2011           Prix coup de cœur à Monsieur Roody Bartélémy
2013           Le prix «KALBAS LÒ n°1» à Monsieur Max Grégory Saint-Fleur
2013           Le prix «KALBAS LÒ n°3» à Monsieur Anderson Dorvilas
2013           Prix coup de cœur à Monsieur Claude Saint-Charles

Pour cette année 2013, 3 primés : 3 absents. Comment est ce possible que des jeunes talentueux subissent ces traitements?

Je veux refermer ce numéro sur une note positive à l’instar du positionnement de Max quand il parle de l’avenir « Je continue de travailler sur des textes en créole mais aussi en français. »

 Pour ton talent, ta générosité, ton humilité et ta lucidité, merci Max. Merci de donner espoir à la jeunesse, merci de symboliser l’exemple à suivre. Du succès pour l’avenir, pour la vie de la poésie en Haïti. Pou Kalbas Lò n°1 sa a ou pote lakay, m swete ke dlo enspirasyon, dlo ou renmen ekri a glise’w, mennen’w sou chimen siksè.

                                                                                                                                                                                                                                           Fersam Allifleur

Vertières

18 Novembre 1803 un jour mémorable pour tous les haïtiens

18 Novembre 1803– 18 Novembre 2013, 210 ans déjà mais on ne peut pas oublier ce jour mémorable ou une poignée de nègres artisanalement armés allait montrer la vraie signification des mots détermination et courage aux hommes de Rochambeau, général de l’expédition spéciale envoyée par le Grand Napoléon Bonaparte.

La persévérance de François Capois dit Capois la mort aux commandes de la demie brigade lourdement décimée lors des 4 assauts lancés pour prendre le fort de Vertières est, et doit être, un exemple de conduite pour tout haïtien qui se respecte.

Cette bataille qui marqua le tournant dans cette guerre d’indépendance vis à vis d’une tyrannie qui avait trop duré est une référence de notre capacité à VAINCRE si nous nous donnons les moyens, si nous nous mettons ENSEMBLE. Comme dit notre devise et parce que  « L’union fait la force ». Un petit groupe de nègres déterminés réussit à mettre en déroute une expédition de l’une des plus grandes armées de l’époque, une démonstration fascinante de la supériorité du cœur sur les moyens.

La bataille de Vertières c’est avant tout l’aboutissement un rêve partagé, un espoir nourri et un objectif commun, se débarrasser de ces barbares qui nous asservissaient. L’union contractée entre les noirs et les mulâtres a été décisive pour sceller cette victoire. Pas étonnant que des néo colonialistes se tuent à nous faire croire que deux haïtiens ne peuvent jamais faire route ensemble. Et c’est encore plus triste qu’on ait fini par adhérer à cette ineptie, et que la désunion soit notre arme d’autodestruction massive.  Quel dommage !

Notre devise est aujourd’hui encore « L’union fait la force ». Demandons-nous à quel moment on est devenu faible ? Pourquoi on l’est aujourd’hui encore? Notre faiblesse a pris naissance le jour où nous avons décidé de rêver séparément plutôt que d’avoir une vision de nation, et tous les jours où nous nous évertuons à promouvoir l’individualisme nous nous vidons de cette force qui nous a caractérisés sur la colline de Vertières non loin du Cap-Haïtien.

Vaillant enfants de Dahomey,  haïtiens, rassemblez vous ! Retrouvez la force qui vous caractérisait jadis. Relevez la tête avec fierté parce qu’une grande nation ne meure jamais. Granmoun yo di « nou se rozo, se pliye nou pliye nou pap kase ».Il est temps de prouver votre courage. Rassemblez-vous et luttez contre toutes les formes d’oppression qui vous asservissent comme vous avez lutté contre l’esclavage qui vous écrasait. Montrez que ce qui s’est passé sur les collines de Vertières, ce 18 Novembre 1803, n’était pas un hasard.

Fersam Allifleur

Baby’s Lourdes: la mariée, la folle…

Coup d’essai, coup de maître diraient ceux qui l’ont vu jouer l’année dernière la mariée folle dans cette représentation théâtrale. Cette année encore, dans le cadre de la deuxième édition de festikreyòl,  la prestation de Baby’s Lourdes SAINT FLEUR et ses autres complices pour la plupart membres du club de débat de Darbonne, a fait couler beaucoup d’encre. Au beau milieu de la ville de Léogâne, ce lundi 28 octobre 2013, elle a crée la panique. Passants, marchands, motocyclistes, curieux, tous l’ont suivi depuis le devant de l’église Sainte Rose de Lima en passant par le marché de Chatuley jusqu’à la rue la croix.

L’histoire est émouvante. Baby doit se marier avec Johny (Alfred) qui ne met pas les pieds à l’église. Et le déclic. Avec sa robe de mariée, les pieds nus, et folle de rage, elle décide de parcourir les rues de la ville à la recherche de celui qu’elle veut épouser à tout pris. Elle est poursuivie par tout son cortège, porteur d’anneau, marraine, parrain et filles d’honneur.

Les passants/ acteurs sans le savoir, ne veulent pas croire que c’est du théâtre.  M tap manje nèg sa, m pa tap kite yon jenn gason pase pitit mwen nan betiz profère l’un d’entr’eux. Se fanm yogann ou ye , mete senti nan ren w pitit ajoute une marchande qui laisse sa barque tout en l’embrassant dans ses bras comme pour la consoler. Et pourtant d’autres  l’injurient : Se bon pou ou, nou fout twò renmen maryaj.

Baby’s Lourdes joue avec art. Sa transe, l’expression de son visage prouve qu’elle a du talent. Elle joue la mariée folle, folle dans toute sa manière, folle d’être la risée de la société. Folle de perdre son amant parti retrouvé une autre fille. Un rôle qu’elle a su interpréter avec dextérité.

Agée de 20 ans, Babys Lourdes est la dernière d’une famille de sept enfants. Elle est étudiante en comptabilité et fait partie du club de débat de Darbonne, projet piloté par la Focal. Elle est très dynamique. Elle assure parfois en cas d’absence des animateurs, le rôle d’animatrice lors des rencontres hebdomadaires.

Toute petite, elle connaissait déjà la scène. Issue de la section des enfants du centre socio culturelle Rasin Lespwa, elle déclamait des petits textes de poésie, et jouait la petite sentaniz lors des spectacles réalisées  pour célébrer de la journée internationale des droits de l’enfant. Elle a aussi pris part à l’atelier organisé par le projet initiatives jeunes en 2011 autour du thème : Le débat se fait théâtre

Max Grégory SAINT FLEUR

Un prix de poésie en Martinique pour l’auteur de Tan Lapli

La créativité n’a pas de frontières. Max Grégory SAINT FLEUR le prouve fort bien à travers sa poésie. Après la vente signature de son premier recueil de poésie titrée TAN LAPLI paru lors de la première édition de FestiKreyòl organisé par RASIN LESPWA et son passage très remarqué à la 19e édition de la plus grande manifestation culturelle et littéraire réalisée autour du livre en Haïti (livre en folie), ce jeune prodige léoganais continue à faire parler de lui.

Avec son texte titré Woulman Vag, il vient d’être figuré parmi les heureux gagnants du concours de poésie en langue créole des pays de la Caraïbe (Kalbas Lò Lakarayib)pour les pays comme Haïti, Guadeloupe, Dominique, Martinique, Sainte-Lucie, Guyane et de l’Océan indien (Seychelles, Maurice, Réunion).

Kalbas Lò Lakarayib (KL2) est un concours de poésie réalisé tous les deux ans en hommage au regretté ecrvain martiniquais Gilbert Gratiant et ouvert à tous les créolophones de la Caraïbe, qu’ils – elles soient natif-natal, d’option ou d’adoption ; qu’ils – elles résident dans la Caraïbe ou dans le pays de leur immigration.

Max n’est pas à son premier coup d’essai. Il a déjà à son compte plusieurs prix comme celui de radio Belval FM (Nwèl Kanmenn), radio Cool FM (Au nom de l’amour) et TSAR CLOWN (La perle noire brisée). A la quatrième de couverture de son recueil on peut lire : « Kòm powèt li pran plezi l rafle epi ranpòte lamayòl nan anpil konkou li patisipe. Li jwe ak plim li pou l bay mo koulè, pou l bay pwezi gou lapli. ». Avec ce prix, ce jeune animateur culturel au centre socioculturel Rasin Lespwa de Darbonne  ne fait que confirmer son talent.

En Martinique, l’auteur sera reçu et hébergé à l’hôtel l’Impératrice de Fort de France dès ce 5 novembre 2013 avant de participer à la soirée de la remise des trophées (Kalbas Lò 1, Kalbas Lò 2, Kalbas Lò 3) prévue pour le mercredi 6 novembre à l’Atrium.

 

Centre Socio Culturel Rasin Lespwa