Construit entre 1932 et 1934 sous le président Sténio Vincent, l'état actuel du Pont Vincent est la preuve que l'ancien député de Léogâne, M. Jean Wilson Hyppolite, est aussi ingénieur civil au même titre que son ami, allié, et bon ami M. Jovenel Moise.

Depuis 2015, Pont Vincent ne relie plus la ville de Léogâne avec le reste du sud du pays. C'était l'acte délibéré et la promesse électorale que M. Hyppolite avait faite aux habitants de Léogâne. Votez pour moi; Je vais vous donner un nouveau pont au cours de mes 100 premiers jours en tant que votre adjoint. »

Il a fait écraser le pont sans raison apparente. Il fit enlever les deux bords du pont et creuser des trous. Le pont était trop petit et trop bas », a-t-il déclaré aux habitants de Cassagne pour qui le pont est un lieu spirituel et un barrage contre les multiples crues de la rivière Rouyonne. «Lors d'une occasion de leurre, alors que PHTK était très faible à Léogâne, il a conduit la Caravane du Changement avec une chargeuse-pelleteuse cassée pour fouiller le canal de la rivière Rouyonne», ont-ils poursuivi. De toute évidence, c'était un simulacre et un méli-mélo de voler nos votes. ”

Chaque fois que la communauté se mobilise pour informer la population du danger que représente cette destruction, l'équipe de l'ancien honorable, en colère, se rend sur les réseaux sociaux et les radios locales pour rassurer la population que des fonds sont alloués dans le budget national pour la réparation ou la reconstruction du pont. «Si ces fonds sont alloués, pourquoi ne sont-ils pas engagés, encore moins engagés», se sont demandé les habitants de Léogâne.

Traverser le pont est un danger vivant pour les conducteurs et les piétons dans le sens où deux voitures, voire deux motos, ne doivent pas se croiser ni se croiser sur le pont. Les bandes Rara évitent de le traverser car son affaissement n'est tenu que par un fil fin. En période de pluie, l'eau coule pour détruire les quartiers, les jardins et les environs. Les propriétaires quittent ce qui reste de leur logement pour échapper au danger de mort lors de l'inondation de la Rouyonne.

«Grand ou petit, haut ou bas, la taille et la hauteur du pont ne nous ont pas posé de problème. Nous pourrions le traverser sans penser qu'à tout moment il s'écroulerait sous nos pieds ou nos roues », a déclaré un homme de 80 ans, affirmant que le pont est plus vieux que lui.

Les Léogânais, soutenus par la diaspora de la ville, ne veulent plus voir leurs enfants mourir et les voitures chavirer à cause de l’état lamentable du pont Vincent. En ce sens, ils lancent un mouvement de réhabilitation du Pont Vincent. Ils lancent des démarches avec plusieurs firmes de génie civil pour formuler des évaluations d'infrastructure afin de savoir si le pont nécessite des réparations ou une reconstruction totale.

Dr. Bobb Rousseau



Source link

Leave a Comment