Haïti – Crise : MSF ouvre un nouvel hôpital spécialisé dans les blessures graves
08/12/2019 08:49:43

Haïti - Crise : MSF ouvre un nouvel hôpital spécialisé dans les blessures graves

Face à l’aggravation de la situation sanitaire en raison de la crise sociopolitique et économique en Haïti qui affecte durement le système de soins haïtien, Médecins Sans Frontières (MSF) a ouvert un hôpital à Port-au-Prince pour les patients souffrant de blessures traumatiques.

L’hôpital, situé dans le quartier de Tabarre, ouvert depuis fin novembre, offre des soins spécialisés pour le traitement des patients souffrant de blessures potentiellement mortelles, comme des fractures ouvertes et des blessures par balle. Au cours des cinq premiers jours d’activité, 21 patients ont été admis dans l’hôpital, dont environ la moitié pour des blessures dues à la violence.

Rappelons que MSF a ouvert une première fois un hôpital à Tabarre en 2012, pour fournir des soins d’urgence aux personnes souffrant de blessures traumatiques dans un pays dévasté par le séisme de 2010. L’hôpital, « Nap Kenbe » a progressivement réduit ses services ces dernières années et admis son dernier patient fin 2018. Alors que la situation dans le pays s’est fortement dégradée depuis septembre 2019, MSF a décidé de relancer cette activité pour soigner des patients que le système de soins haïtien a désormais du mal à traiter. Situé sur le même site de Tabarre, le nouvel hôpital emploie actuellement 170 personnes, dont huit chirurgiens. La capacité de 25 lits, augmentera progressivement jusqu’à 50 lits.

Dans le contexte qui prévaut dans le pays, les structures de soins, y compris celles gérées par MSF, peinent à fournir les services nécessaires. Depuis septembre, les rues sont régulièrement bloquées par des barricades et il est plus difficile pour les ambulances de se déplacer, et pour les installations médicales de s’approvisionner en carburant, en oxygène, en sang, en médicaments et autres matériels médicaux.

En parallèle, les structures de soins gérées par MSF font face à des besoins accrus. Depuis le début de l’année, le Centre de stabilisation d’urgence de MSF dans la région de Martissant, à Port-au-Prince, a reçu chaque mois en moyenne 230 personnes souffrant de plaies par balle, de lacérations ou d’autres blessures dues à la violence.

HL/ HaïtiLibre



Source link

Leave a Comment