iciHaïti – Justice : Droit de manifester une responsabilité partagé entre la police et les manifestants
22/02/2021 09:02:16

iciHaïti - Justice : Droit de manifester une responsabilité partagé entre la police et les manifestants

Vendredi 19 février Léon Charles, le Directeur Général a.i de la Police Nationale d’Haïti (PNH), accompagné des membres du haut commandement et des directeurs départementaux et cadres de l’institution a reçu la visite du Protecteur du Citoyen Renan Hédouville et de son adjoint.

Le droit à la manifestation et l’évolution des organisations syndicales au sein de l’institution policière constituent les principaux sujets abordés lors de cette rencontre.

Léon Charles qui reconnaît le droit à tout un chacun de manifester, encourage toutefois les organisateurs des manifestations à notifier les autorités policières en vue d’éviter tout dérapage et des heurts entre manifestants et agents de l’ordre.

L’office de Protection du Citoyen rappelle « Le droit de manifester est garanti par tous les instruments internationaux de protection des droits de l’homme. Ce droit est aussi inséré dans la législation haïtienne notamment dans la constitution haïtienne de 1987 en son article 31 stipulant : “La liberté d’association et de réunion sans armes à des fins politiques, économiques, sociales, culturelles ou à toutes autres fins pacifiques est garantie”. Néanmoins, il y a lieu de souligner que l’exercice du droit de manifester constitue une responsabilité partagée entre la police et les manifestants eux mêmes.

La liberté de manifester pacifiquement est un droit essentiel à l’expression collective et publique de ses opinions, à la défense de l’ensemble des droits humains qui n’est sujette à aucune autorisation préalable. En revanche, les autorités sont tenues d’être informées préalablement des réunions devant se dérouler dans des lieux de manifestation publique et du parcours. Elles ne pourront les interdire que si des raisons fondées permettent de prévoir que l’ordre public sera perturbé mettant en danger des personnes ou des biens.

[…]

Manifestation n’est pas synonyme de violence, il faut respecter les bâtiments publics, il faut respecter le droit de ceux aussi qui ne veulent pas prendre part aux manifestations. Donc c’est l’équilibre entre la responsabilité de la police et celle des manifestants qui peuvent garantir ce droit fondamental de la personne.

Le recours à la violence comme moyen pour faire passer ses revendications peut avoir de conséquences désastreuses sur la jouissance effective de certains droits fondamentaux particulièrement les droits économiques, sociaux et culturels. De son côté, la police doit éviter le recours à l’utilisation de la force excessive ou à la brutalité pour rétablir l’ordre et la paix dans ses circonstances. »

IH/ iciHaïti



Source link

Leave a Comment