Ministre de la sécurité nationale Horace Chang

KINGSTON, Jamaïque, mercredi 15 avril 2020 – Le ministère de la Sécurité nationale a déclaré avoir mis en place des mesures pour faciliter le retour et l'hébergement en toute sécurité d'environ 62 déportés du États-Unis.

Ils devraient rentrer mardi 21 avril prochain.

Les préparatifs du retour des déportés sont sur les talons du président américain Donald Trump signant une ordonnance imposant des sanctions en matière de visas aux pays qui refusent d'accepter l'expulsion. de leurs citoyens, même au milieu de la pandémie de COVID-19.

Mais dans sa déclaration, le ministère de la Sécurité nationale a déclaré que l'arrivée des expulsés n'est “pas un événement nouveau” et est l'un des retours mensuels qui devaient arriver le 26 mars.

“Cependant, le gouvernement a négocié une nouvelle date pour préparer l'arrivée des MRI [Involuntary Returned Migrants’] dans le cadre de mesures imposées pour empêcher la propagation du virus COVID-19”, a-t-il déclaré.

conformément à la Constitution jamaïcaine et à la loi sur la nationalité jamaïcaine, la Jamaïque est tenue d'accepter les MII. Le gouvernement reconnaît l'accord de longue date avec le Département de la sécurité intérieure des États-Unis pour le rapatriement des Jamaïcains qui n'ont pas le droit légal de rester aux États-Unis. »

Le ministre de la Sécurité nationale, Dr Horace Chang, a cherché à rassurer que le gouvernement est déterminé à garantir le respect des droits de l'homme et l'élimination de la discrimination en toutes circonstances.

Il a déclaré “qu'il y aura une rentrée contrôlée tout en respectant les protocoles de prévention du COVID-19”, ajoutant que le gouvernement est dédié à la sécurité de tous les Jamaïcains et continue d'apporter les ajustements nécessaires aux récentes sanctions en vertu de la loi sur la gestion des risques de catastrophe.

À leur arrivée, les expulsés seront mis en quarantaine pendant deux semaines dans un établissement gouvernemental sécurisé, où ils seront traités par les autorités compétentes.

Pendant leur mise en quarantaine, ils seront contrôlés deux fois par jour par des médecins désignés par le ministère de la Santé et du Bien-être. À la fin de la période de quarantaine, les expulsés autorisés par les autorités sanitaires seront remis en liberté aux membres de leur famille.

«Le gouvernement comprend la préoccupation du public concernant le rapatriement de compatriotes jamaïcains dans le pays pendant cette période. Cependant, nous continuons à être guidés par nos responsables de la santé et nos forces de sécurité pour maintenir les meilleures pratiques pendant la pandémie de COVID-19 “, a déclaré le ministère de la Sécurité nationale.

Cliquez ici pour recevoir des nouvelles par e-mail de Caribbean360. (Voir un échantillon)



Source link

Leave a Comment