La police a exécuté une descente au centre de réadaptation du ministère de la Vie transformée au début d'octobre 2019.

PORT OF SPAIN, Trinidad, mardi 7 janvier 2020 – Un avocat et trois autres personnes ont été libérés sous caution lorsqu'ils ont
a comparu hier devant le tribunal accusé de trafic d'êtres humains
buste dans un centre de rééducation de l'église il y a trois mois.

La comparution devant le tribunal d'un avocat civil de 37 ans, Lena
Jaggernauth – accusée de traite des êtres humains – est arrivée trois jours après
la mère, Indra Jaggernath, et le pasteur Glen Awong de Transformed Life Ministry (TLM) sont apparus
devant le tribunal pour des accusations similaires.

Elle a obtenu une caution de 150 000 TT $ (22 177 $ US). Apparaissant également au tribunal
hier avec elle étaient deux employés de TLM – Robert Andrews, 70 ans, et Anthony
Marchan, 74 ans – et Cheryl Kalicharan Beharry, la mère d'un des hommes secourus
du centre de réadaptation. Tous trois ont été accusés de traite des êtres humains et
enlèvement alors que Beharry était en outre accusé de faux emprisonnement, et ils
ont été libérés chacun sous caution de 200 000 TT (29 563 USD).

Lorsque l'aînée Jaggernauth a comparu vendredi dernier devant la cour, elle était
conjointement chargé avec le pasteur, son employeur, de garder les gens sous
conditions d'exploitation, contrairement à la loi sur la traite des personnes. Pasteur
Awong a également été accusé séparément d'enlèvement et de faux emprisonnement.

Il a été libéré sous caution de 900 000 TT $ (133 034 $ US), tandis que son
le coaccusé s'est vu accorder une caution de 300 000 TT (44 344 USD).

En octobre dernier, la police a mené une opération de piqûre au centre de réadaptation du ministère de la Vie transformée à Arouca, où elle a déclaré avoir déniché «l'esclavage moderne» et secouru 69 personnes.

Selon la police, les 65 hommes et quatre hommes femmes, de
jeunes aux personnes âgées, dont certains étaient là depuis plusieurs années, étaient

À l'époque, le commissaire de police Gary Griffith a déclaré que le service de police de Trinité-et-Tobago avait «craqué probablement l'une des plus grandes situations liées à la traite des êtres humains» dans la république des îles jumelles.

Cliquez ici pour recevoir des nouvelles par e-mail de Caribbean360. (Voir un exemple)



Source link

Leave a Comment